Page:Kropotkine - Mémoires d’un révolutionnaire.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


certes pas la prospérité, surtout sur le cours inférieur du fleuve et sur l’Ousouri, où l’on devait souvent conquérir pied par pied la terre sur une forêt vierge sub-tropicale, et où les pluies diluviennes amenées par les moussons de juillet, les inondations couvrant une grande étendue, les millions d’oiseaux migrateurs, venaient continuellement détruire les récoltes et réduisaient des populations entières au désespoir et à l’apathie.

Des quantités considérables de sel, de farine, de viande conservée, devaient en conséquence être chaque année apportées par voie d’eau pour subvenir aux besoins des troupes régulières et des établissements du bas Amour. Dans ce dessein, on construisait environ cent cinquante chalands à Tchita, on les chargeait et avec la crue du printemps, on les faisait descendre l’Ingoda, la Chilka et l’Amour. Toute la flottille était divisée en détachements de vingt à trente chalands qu’on plaçait sous les ordres d’un certain nombre d’officiers de Cosaques et d’employés civils. La plupart ne connaissaient à peu près rien à la navigation, mais on pouvait du moins compter qu’ils ne voleraient pas les provisions et qu’ensuite ils ne les déclareraient pas perdues. Je fus adjoint au chef de toute cette flottille, que je nommerai le major Marovski.

Mes premiers pas dans mon nouvel emploi de navigateur ne furent point heureux. Je devais me rendre aussi rapidement que possible, avec quelques barques, en un certain point de l’Amour, et là je devais remettre mes embarcations. Pour ce voyage, il me fallut louer des hommes, précisément parmi ces « fils » dont je viens de parler. Aucun d’eux ne savait ce que c’était que la navigation fluviale, ni moi non plus, d’ailleurs. Le matin de mon départ, il fallut aller chercher mon équipage dans les cabarets de l’endroit, et la plupart étaient à cette heure matinale tellement ivres qu’il fut nécessaire de les plonger dans la rivière pour leur faire reprendre leurs sens. Lorsque nous fûmes embarqués, je dus leur montrer tout ce qu’il y avait à faire. Cependant, tout allait