Page:L'envers de la Guerre - Tome 1 - 1914-1916.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


retrouveront pas dans la paix ; 2o les industriels et commerçants qui s’enrichissent par la guerre ; 3o les bourgeois qui sont mobilisés dans des emplois spéciaux sans danger ; 4o les parlementaires qui ne voient pas comment finir et qui se maintiennent en session continue ; 5o les journalistes, les uns casés à la maison de la Presse, les autres alimentés par les fonds secrets, tous vendant bien leur papier ; 6o les réformés et non-mobilisés, avocats, médecins, etc., qui gagnent plus qu’en temps normal, étant moins nombreux ; 7o les ouvriers organisés, repris par les usines, à hauts salaires ; 8o les familles à allocations.

Au contraire, ceux qui veulent voir la fin sont : les bourgeois sans relations, les ouvriers sans organisation, et les cultivateurs. Aucun ne peut faire entendre sa plainte.

Réplique explosive du patriote : « Vous oubliez les sentiments patriotiques ! »

Autre réplique : « Tous ceux qui ont perdu quelqu’un veulent qu’il soit vengé et que leur sacrifice ne soit pas inutile. »

Cela n’est pourtant point exact. Beaucoup de ceux-là s’ensevelissent dans leur deuil. On ne les entend plus. Beaucoup n’exigent point que de nouveaux deuils s’ajoutent au leur. Et puis, après tout, il y en a peut-être qui maudissent la guerre en soi ?

— Un commandant propose un homme pour la croix après « action d’éclat ». L’homme : « C’est impossible, mon commandant. Je suis souteneur dans le civil. »

— Le 12. Les Voisin me disent qu’un aviateur français a survolé Berlin pendant 40 minutes, après être parti de Malzéville. Il aurait jeté des manifestes