Page:L'ordre, la marche, et les cérémonies qui s'observeront dans la fête nationale, 1790.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 6 )

côté de l’École Militaire, & quarré du coté de la riviere : trois rangs de gradins en amphithéâtre, dans tout le pourtour : le Cirque excavé pour ne pas maſquer la vue des allées qui entourent le Champ de Mars : un arc de triomphe de vingt-quatre toiſes de face, ſervant d’entrée du côté de la riviere : un amphithéâtre, avec deux parties demi-circulaires, adoſſé au grand bâtiment de l’École Militaire, dominant ſur le Cirque, deſtiné pour le Roi, l’Aſſemblée Nationale, les Ambaſſadeurs, & les Invités à la fête. Au milieu du Cirque, un autel civique de cent huit toiſes de circonférence, dont le ſtylobate, ou ſoubaſſement, contiendra le Doyen d’âge des Députés de chacun des quatre-vingt-trois Départemens, ainſi que des Troupes de ligne de terre & de mer : tous ces Députés, diſtribués en quatre-vingt-trois pelottons, ſur l’arêne du Cirque, ayant leurs drapeaux, leurs bannières, & leur oriflamme : les Citoyens qui le placeront ſur les gradins du Cirque, invités à paroître en uniforme, ſur le rang ſupérieur, & à céder le rang du milieu à des femmes habillées en blanc, & parées de rubans aux couleurs de la Nation : trente tentes, de chaque côté, derrière le Cirque, deſtinées pour un repas champêtre que les ſoixante bataillons de la Garde Nationale de Paris doivent donner, après la fête, aux Députés des quatre-vingt-trois Départemens, ainſi qu’aux Députés des Troupes de ligne : huit ponts placés à des diſtances convenables, ſur les foſſés du Champ de Mars, pour paſſer à volonté de l’extérieur