Page:Lébédeff - Abrégé de l’Histoire de Kazan, 1899.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


était situé dans une espèce de ravin entouré de collines ; de là le nom de Kazgan (plus tard Kazan) qui signifie « chaudron » en tartare. D’autres historiens supposent que lorsque cet endroit eut pris les proportions d’une ville, c’est un Kazan-Khan, qui est venu en faire sa capitale ; mais n’existe pas de preuves positives à cet égard. La position avantageuse du Yourt de Saine attira bientôt l’attention de tous les rôdeurs qui erraient sur les frontières du pays en quête d’un butin ou de bêtes à belles fourrures, dont les terres du Volga abondaient. Ces premiers arrivants furent suivis de ceux des Djenguizides, qui, ne pouvant vivre à Saraï dans de hautes fonctions, sans peine et sans travail, demandaient à la pointe de leur lame ou à la rapidité de leurs flèches leur nourriture quotidienne. Les premières dizaines d’années, qui suivirent la fondation du Yourt de Saine, se passèrent dans un calme complet, qui ne fut troublé que lorsque le grand-duc Vassily Dmitrievitch eut l’idée de montrer son mécontentement à la Horde, par son invasion de Nijny-Novgorod[1]. Ydekon ou Ediguy, un des Emirs du Khan Toktamyche, ne se décida pourtant pas à attaquer Moscou immédiatement, et commença par piller les villes de Rostow, Dmitrow, Serpoukhow et Nijni-Novgorod. Puis il assiégea Moscou et s’établit pour cela dans le village de Kolomensk, ce qui lui donna la possibilité de couper les vivres aux Moscovites, qui commençaient déjà à mourir de différentes maladies qui sont la suite de la pénurie de vivres. Au moment où les Moscovites étaient en proie au plus grand désespoir, Ediguy leur envoya ses parlementaires, pour leur

  1. Persuadé que le royaume de Batou avait organisé cette invasion, il l’attaqua comme si le pays eût été entièrement indépendant au sud.