Page:Léger - Recueil de contes populaires slaves, 1882.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XVII

LE BÂTON ENCHANTÉ

(CONTE BOHÊME)



Un paysan avait trois fils. Le plus jeune était considéré comme le plus sot, et ses frères se moquaient souvent de lui. Quand le fils aîné fut arrivé en âge de se suffire, son père l’envoya courir le monde et gagner sa vie. Il rencontra un bon vieillard qui lui offrit de garder ses moutons. Il accepta. Au bout d’une année, le vieillard le congédia et lui donna pour prix de ses peines un mouton blanc comme neige.

— Toutes les fois que tu lui diras : « Mouton, secoue-toi, » il tombera de sa laine des pièces d’or.