Page:Léo Taxil - La Vie de Jésus.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
LA VIE DE JÉSUS

Courbons-nous donc, mes frères, devant ce galimatias, et sans comprendre, croyons.


CHAPITRE VII
 
LA NAISSANCE ET LES BERGERS


Nous savons qu’un rêve avait suffi à Joseph pour le tranquilliser. Joseph, modèle des fiancés, devait être la perle des époux. Ah ! que la fille à Joachim avait eu tort de s’effrayer un moment du mariage !

Sitôt après la cérémonie nuptiale, le charpentier déclara que dans son ménage on ferait deux lits.

Tint-il toujours parole ? — La légende évangélique manque de précision sur ce point. On verra, dans un des chapitres qui suivront, qu’il est à présumer que la vierge de Nazareth ne se montra pas éternellement cruelle envers son brave homme de mari. Mais n’anticipons pas sur les événements.

La vérité nous oblige à reconnaître (et nous le faisons volontiers), que, du moins au début, Marion se contenta de l’opération du Saint-Esprit[1].

    vid et d’Abraham cet époux inactif et prouver de la sorte que Dieu a tenu ses promesses aux patriarches en mettant le Messie dans leur race. Quel monument d’idiotisme !

    Et même, sur ce point déjà stupide, l’Évangile se contredit. Ainsi, selon saint Luc, la généalogie du Christ n’est pas du tout la même que celle selon saint Matthieu. Voici encore textuellement la généalogie du Messie selon saint Luc :

    Chapitre troisième. — 23. Jésus avait environ trente ans lorsqu’il commença à exercer son ministère, étant, comme l’on croyait, fils de Joseph, qui fut fils d’Héli, qui fut fils de Mathat, — 24. qui fut fils de Lévi, qui fut fils de Melchi, qui fut fils de Janna, qui fut fils de Joseph, — 25. qui fut fils de Mathathias, qui fut fils d’Amos, qui fut fils de Nahum, qui fut fils de d’Hesli, qui fut fils de Naggé, — 26. qui fut fils de Mathath, qui fut fils de Mathathias, qui fut fils de Semeï, qui fut fils de Joseph, qui fut fils de Juda, — 27. qui fut fils de Joanna, qui fut fils de Resa, qui fut fils de Zorobabel, qui fut fils de Salathiel, qui fut fils de Néri, — 28. qui fut fils de Melchi, qui fut fils d’Addi, qui fut fils de Cosan, qui fut fils d’Elmadan, qui fut fils d’Her, — 29. qui fut fils de Jésus, qui fut fils d’Éliézer, qui fut fils de Jorim, qui fut fils de Mathat, qui fut fils de Lévi, — 30. qui fut fils de Siméon, qui fut fils de Juda, qui fut fils de Joseph, qui fut fils de Jona, qui fut fils d’Eliakim, — 31. qui fut fils de Mélea, qui fut fils de Menna, qui fut fils de Mathatha, qui fut fils de Nathan, qui fut fils de David, — 32. qui fut fils de Jessé, qui fut fils d’Obeb, qui fut fils de Booz, qui fut fils de Salmon, qui fut fils de Naason, — 33. qui fut fils d’Aminadab, qui fut fils d’Aram, qui fut fils d’Esron, qui fut fils de Pharès, qui fut fils de Juda, — 34. qui fut fils de Jacob, qui fut fils d’Isaac, qui fut fils d’Abraham.

    Ainsi, saint Mathieu et saint Luc sont d’accord sur la soi-disant généalogie de Jésus-Christ depuis Abraham jusqu’à David ; mais, à partir de David, ces deux évangélistes inspirés par le pigeon se contredisent carrément. Selon saint Matthieu, c’est par Salomon que suit la descendance ; selon saint Luc, c’est une autre branche de David, la branche de Nathan, qui sera celle par laquelle seront accomplies les promesses de Dieu. Et — ô miracle sans pareil ! — ces deux Branches opposées l’une a l’autre finissent tout de même par le charpentier Joseph, tant il est vrai que Jéhovah est tout-puissant.

    Conclusion : non seulement les deux généalogies de Jésus-christ données par l’Évangile sont absolument ridicules en elles-mêmes, vu que leur conclusion est la destruction de tout leur assemblage ; mais encore elles sont tout à fait en contradiction entre elles, ce qui est le comble de la stupidité.

  1. Le texte sacré, reproduit par l’abbé Fouard, professeur de la Faculté de théologie de Rouen, dans un ouvrage sur la Vie de Jésus, dit ceci : « Les cérémonies nuptiales introduisirent la jeune fiancée dans sa demeure ; mais Joseph ne la connut point jusqu’au jour ou elle enfanta un fils, et lui donna le nom de Jésus » (Extrait de la Vulgate). — Et après ? demandera le lecteur curieux. — Après ?… Eh bien, nous verrons.