Page:Léon Daudet – Alphonse Daudet.pdf/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
110
ALPHONSE DAUDET

gées de sentences ou de récits. Il faudra que le sang circule. »

Quand le « marchand de bonheur » s’entretenait, par hasard, de politique, il insistait grandement sur la lutte sourde et continue de Paris et de la Province. Il y a quelques années. Mme Adam, ma chère « patronne », que mon père admirait pour ses facultés divinatoires, son don de prophétie, son ardent patriotisme et tant de hautes et nobles qualités qui font d’elle une des premières Françaises, Mme Adam, à laquelle il gardait une chaude reconnaissance pour ses bontés à mon endroit, eut l’idée de transformer la Nouvelle Revue.

Elle s’adressa à son ami Daudet dont elle connaissait la sagacité pour tout ce qui touche aux « périodiques » et aux journaux. Il fut catégorique : « Ma grande amie, ma chère amie, j’ai longtemps songé moi-même à établir une Revue de Champrosay où j’aurais eu, je crois, le tact de distribuer l’ouvrage selon les aptitudes de chacun.

« Vous n’ignorez point qu’une des plus grosses questions contemporaines est l’antagonisme latent de Paris et de la Province. Cela s’est manifesté très vivement en 1870, et, après la guerre, les inimitiés des petits clochers contre Notre-Dame, les souvenirs du Siège et de cette étrange et mé-