Page:Léon Daudet – La vie orageuse de Clemenceau.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
274
LA VIE ORAGEUSE DE CLEMENCEAU

sacien est fier et susceptible — on leur octroya un commissaire maladif et brave homme, du nom d’Alapetite, mais peu rigolard, qui avait une mine à porter le diable en terre : « C’est dommage qu’il ait la colique, mal que les Alsaciens ne connaissent pas. » Par la suite on leur octroya Millerand, obtus et bourru, dont les Strasbourgeois savaient seulement qu’il s’était, selon le mot de Combes, « enrichi des dépouilles des congrégations ». Avec cela aucune amabilité et même, à l’occasion, aucune politesse. Le Dr Bucher seul eût pu remplir cette délicate fonction.

Vingt-six commissions comprenant chacune de deux à quatre membres, avaient été organisées pour l’élaboration du traité de paix. Elles devaient s’occuper des problèmes suivants :

Clauses militaires. — Clauses aériennes. — Clauses navales. — Statut des nouveaux Etats. — Coupables de guerre. — Réparations et clauses financières. — Clauses économiques et transports. — Travail. — Prisonniers de guerre. — Colonies. — Garanties d’exécution. — Société des Nations. — Alsace-Lorraine. — Sarre. — Rive gauche du Rhin. — Belgique et Luxembourg. — Danemark. — Autriche. — Tchécoslovaquie. — Pologne. — Grèce. — Roumanie. — Yougoslavie. — Russie. — Révision des clauses territoriales. — Réponses aux contre-propositions allemandes.

La question des « garanties d’exécution » était celle qui devait donner lieu, avec la « Société des Nations », aux plus étonnants enfantillages et aux chimères les plus cornues. Clemenceau s’en rendait bien compte, mais il était débordé, tiraillé à hue et