Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sur les treize manuscrits de Mazzenta, dix sont venus aux mains de Léoni.

Ceux du duc de Savoie et de Figgini sont perdus, celui du cardinal donnée à l’Ambroisienne est l’actuel manuscrit C de l’Institut.

En 1637, Arconati donna à l’Ambroisienne, le Codex Atlantico (393 pages réunissant 1600 feuillets, puis A, B, E, F, G, H, I, L, M, de l’Institut, ainsi que le manuscrit actuellement au marquis Trivulce. K a été donné à l’Ambroisienne par Orazio Archinti, en 1674.

En 1796, par ordre de Bonaparte, on expédia les manuscrits de Léonard à Paris. Le Codex Atlantico alla à la Bibliothèque Nationale et les douze autres à l’Institut. Venturi les étiqueta, de A à M. Lorsque en 1815 le commissaire autrichien réclama les manuscrits de Léonard, on lui rendit le Codex mais on ne trouva pas les douze volumes, qui étaient à l’Institut.

M. Léopold Delisle a fait rentrer les deux volumes formés des feuillets arrachés par Libri et vendus à Lord Ashburman Ils sont marqués A S //. / (26 pages dont 25 prises au manuscrit B A S //. // (68 pages, principaux chapitres du Traité de Peinture).

Charles Ravaisson Mollien, en un labeur de dix ans (1880-1891) a déchiffré à la loupe et au miroir et publié en six volumes in-foliés de fac-similés, le texte avec la traduction française, en regard. Le prix très élevé de cet ouvrage le rend inaccessible à la plupart et il s’en faut que toutes les bibliothèques