Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 297

La pupille étant convexe reflète toute notre hémisphère et celle-ci montrera seulement une étoile ; là, où beaucoup de petites étoiles se reflètent à la surface de la pupille, il ne s'en montrera qu'une seule, mais plus grande : ainsi la lune est plus grande et ses taches plus distinctes.

16 r.

La nature nou= montre l'objet d'une gran- deur relative à la distance. Mon invention contrait le spectateur à mettre l'œil a un soupirail : il faut donc éviter cette perspec- tive composée et s'en tenir à la simple : laquelle ne veut pas de paroi en raccourci, et où la paroi coupe les pyramides qui portent à l'œil des espèces également distantes.

Des articulations et jointures : de quelle manière elles augmentent les chairs dans leurs (lexions et extensions. De cette connaissance de grande importance, je ferai un traite par- ticulier dans la description des animaux à quatre pieds, parmi lesquels est Thomme qui, lui aussi, va dans l'enfance à quatre pieds.

�� �