Page:L’Étourdi, 1784.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
90
L’ÉTOURDI.


qu’ils étaient repouſſés par le ſot ſcrupule de fidélité conjugale. Je fis ſigne à la belle que j’avais placé à ſon côté, à laquelle j’avais fait la leçon ; celle-ci redoubla ſes agaceries, verſa du champagne avec profuſion, & l’imbécille mari parvint au point où je l’attendais.

Nous paſſames dans le ſallon, & voyant qu’il avait conſervé la même ardeur, je pris une Bergere par la main, & le laiſſai avec l’autre ſur le ſofa dont il s’était déjà emparé, & ſur lequel il goûta le même plaiſir, que l’autre belle & moi goûtâmes ſur un lit de repos, qui était dans la piéce voiſine où nous avions paſſés, & qui n’en fut point un pour nous.

Nous reparûmes en éclattant de rire, & en leur faiſant des plaiſanteries qui ne finirent qu’à notre ſéparation. Il me conjura de lui garder le ſilence, & des bras de la volupté il fut ſe jeter dans ceux du ſommeil.

Tandis qu’il voyage dans les états de Morphée, un courier que je dépêchai vola vers la femme du pauvre dupe, lui apprendre le ſuccés heureux de mon ſtratagême.