Page:L’Étourdi, 1784.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
104
L’ÉTOURDI.


que je devais occuper, qui était la cauſe que j’avais couché avec un homme qui était mort le matin : je reconnus ma mépriſe ; & dès que le jour vint éclairer le globe, je partis.


LETTRE XX.

L’ennuyeux Chevalier de Serfet reparaît
ſur la ſcene.


APrès avoir paſſé deux mois chez mon pere, & m’être uniquement occupé à chaſſer ou à monter à cheval, je fus à Lyon voir une de mes parentes qui habite cette ville. Changer de maîtreſſe, n’en point aimer, & cependant leur jurer à toutes l’amour le plus vif, tout cela ſema de plaiſirs tout le temps que je paſſai auprès d’elles, & je me promettais bien de conſerver la même légéreté juſques au moment de mon départ. Mais deſir chimérique ! Le cœur le plus courageux lutte en vain contre les aſſauts de l’amour ; il eſt de néceſſité abſolue qu’il cede, car malgré nos