Page:L’Étourdi, 1784.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
L’ÉTOURDI.


Celui qui nous épouſe ſans notre conſentement, mérite bien que l’on faſſe quelque choſe ſans le ſien. Certain de cette maxime je volai chez la Marquiſe.

Je la trouvai plongée dans la derniere douleur, & pleurant avec amertume. Je m’informai du ſujet de ſes peines ; elle m’apprit, que la perte qu’elle venait de faire de ſon fils âgé de trois mois, & unique objet de ſes eſpérances, l’affligeait à ce point. — Bagatelle, Madame, lui dis-je, bagatelle, vous devez au contraire des remercimens au ſort, de vous fournir un auſſi beau prétexte d’exiger chrétiennement de Monſieur de Champlong le pain du ſacrement. Ou, ſi comme je le ſoupçonne, ſon âge vous réduit à la condition de la Sulamite, vos charmes doivent vous raſſurer. Une femme aimable, ajoutai-je avec un air tendre, ne manque jamais de ſucceſſeurs.

La Marquiſe ne put s’empêcher de ſourire à la folie de cette idée. Interprétant ce ſouris en ma faveur, je la preſſai avec une ardeur extrême, de ne pas laiſſer éteindre la race de Champ-

B 2