Page:L’Étourdi, 1784.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
L’ÉTOURDI.


long, & je mêlai à mes diſcours des carreſſes ſi tendres que je la voyais à chaque moment devenir plus faible, & moins chagrine. Enfin je crus être à ce qu’on appelle le moment. L’homme du monde qui aurait le moins connu les femmes, l’aurait également penſé, à voir le trouble qui l’agitait. En conſéquence, ma bouche fut bientôt ſur ſes beaux yeux eſſuyer les larmes qui les mouillaient, & de là, elle vint ſe repoſer ſur les deux plus jolies levres qu’il ſoit poſſible d’imaginer. Des tranſports pareils augmenterent ſon trouble. Tremblante, éperdue, elle ſe laiſſa aller dans ces mêmes bras où je la preſſais ſi vivement, & ſa chaiſe longue fut témoin & complice de mes plaiſirs. Malgré toute la force de mon raiſonnement qui prouvait à Madame de Champlong qu’elle venait de faire une bonne action, il lui reſtait encore un ſcrupule. Je l’entendis à demi-mot, les argumens recommencerent. J’étais convainquant, elle ſe rendit à d’auſſi ſolides raiſons.