Page:L’Étourdi, 1784.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
72
L’ÉTOURDI.


& non à lui que j’ai à faire. Je n’ai point adopté ſa maniere de juger ; votre propoſition m’a parue très-ſérieuſe, & j’y réponds de très-bonne foi.

Une rivale de 1701 eſt reſpectable, mais on ne craint pas tout ce que l’on reſpecte. Quand j’aurai mis mon portrait à côté du ſien vous jugerez ſi je dois la craindre.

Vous voulez vous marier pour goûter un bonheur pur ; & je ne veux un mari que pour le lui procurer. Mais le bonheur eſt comme ces couleurs fines & agréables qui exigent un fonds où elles puiſſent conſerver leur fraîcheur & leur éclat. Le fonds en morale eſt le caractere qui tient au cœur & à l’eſprit. Une ſeule réflexion me les a fait juger toutes deux en vous. C’eſt que lorſque vous avez voulu peindre votre cœur, vous n’avez rien emprunté de votre eſprit. Votre âge, votre figure, vos talens m’ont bien moins frappé que la ſimplicité touchante de ces mots. J’ai le cœur tendre, ſenſible, compatiſſant ; en les liſant je me ſuis attendrie, je me ſuis déterminée à vous répondre.

Enfin,