Page:L’Étourdi, 1784.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
L’ÉTOURDI.


& ſi j’oſe me préſenter chez vous, Madame, c’eſt ſur la confiance que c’était par votre ordre, du moins me l’a t-il été dit ainſi par un laquais qui eſt venu chez moi ce matin, & qui s’eſt annoncé pour être du nombre de vos gens. Je vous aſſure, Monſieur, me répondit la Comteſſe, que je n’ai envoyé perſonne chez vous, que je ne ſuis point aſſez heureuſe de connaître ? On ſe fera ſans doute mépris, ou vous aurez mal entendu. Victoire, dit-elle à ſa femme de chambre, informez-vous ſi quelqu’un de mes gens a paſſé chez Monſieur, & par quel ordre. Je rends grace à la mépriſe, dis-je avec un air reſpectueux, & je la chéris par le bonheur qu’elle me procure. Faible bonheur, répondit Madame de Larba ; Victoire qui entra & qui vint confirmer ce que je ne ſavais que trop, m’empêcha de pourſuivre, on manqua faire culbuter tout le fruit de mon audace. Cependant m’étant remis, je dis, avec un ton humble, qu’on avait voulu ſans doute me donner un poiſſon d’Avril, & que c’était une eſpiéglerie de quel-