Page:L’Étourdi, 1784.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
L’ÉTOURDI.


aux ſecrets du cloître. Ce n’eſt gueres que les Abbeſſes, & les anciennes qui en poſſedent.

Enfin les exercices & le ſoupé étant finis, nos amantes nous rejoignirent pour ne nous plus quitter. Elles nous engagerent à reſter ſages pendant quelque temps, de crainte que quelque none ne ſe promenât dans le dortoir, n’entendît du bruit, & ne fût ſonner le tocſin ſur nous. Il était à propos d’attendre qu’elles fuſſent endormies.

Nos belles nous témoignerent combien le jour leur avait paru long. Nos careſſes leur prouverent combien nous étions enchantés de les revoir. Nous étions trop paſſionnés pour careſſer à demi, & comme il faut une certaine décence dans tout ce que l’on fait, Cécile accepta ſans difficulté la propoſition que je lui fis de paſſer chez elle. Du Roviri demeura avec ſœur Urſule à qui il fit goûter les mêmes plaiſirs à-peu-près que ſa compagne trouva entre mes bras.

La même échelle qui avait ſervie à nous introduire dans le jardin nous en