Page:L’Étourdi, 1784.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
77
L’ÉTOURDI.


facilita la ſortie, & nous y ramena pendant plus de deux mois de ſuite, trois fois la ſemaine les venger de l’ennui du cloître où leurs penchans les avaient moins enfermées, que leur obéiſſance aveugle aux ordres tyranniques de leurs parens. Elles étaient toutes deux victimes du préjugé & de la naiſſance. Elles devaient être malheureuſes pour combler des biens de la fortune, un ainé qui fait le plus ſouvent repentir la famille du deſpotiſme qu’elle a exercée envers les autres enfans, pour rendre celui-ci plus riche & plus puiſſant.


LETTRE XV.

La conſigne.


NOtre régiment quittant la ville d’A… nous fumes contraints de dire adieu à nos cheres & aimables ſœurs qui nous marquerent par leurs larmes, & par la douleur la mieux caractériſée, combien elles étaient affligées de notre départ.

D 3