Page:L’Étourdi, 1784.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
78
L’ÉTOURDI.


Du Roviri voulait abſolument que nous les réſignaſſions à quelqu’un des Officiers qui nous remplaçaient ; ceux-ci les auraient laiſſé à d’autres qui le feraient également choiſis des ſucceſſeurs, & par ce moyen, elles auraient été toujours pourvues. Je ne voulus jamais adhérer à une pareille propoſition.

Tu ne ſais donc pas, me dit l’Aide-Major, que c’eſt l’uſage parmi les Officiers galans qui quittent une garniſon, de donner la conſigne à ceux qui les remplacent. L’on nomme conſigne un abrégé hiſtorique & critique de la ville d’où l’on part : l’on y joint de notes utiles… mais nous ne connaiſſons perſonne dans le régiment qui nous releve, & je ne me déterminerais à être indiſcret que pour des amis, interrompis-je. Que tu es ſimple ! repartit Du Roviri, l’on n’a pas beſoin de ſe connaître pour ſe faire de pareils legs, il ſuffit d’être enfans de Bellonne pour être initiés dans tout ce qui peut vous conduire ſous les étendarts de l’amour & de la volupté, & ſi cela ne s’obſervait pas ainſi, l’on ſerait trop à plaindre : combien de temps ne