Page:L’Alcoran (traduction de Du Ryer).djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
128 L’ALCORAN.  

milieu de ſon voyage, apres avoir quitté les compagnons qui luy montroient le droict chemin ; Dieu conduit le peuple au chemin de ſalut, je me veux entierement reſigner à la volonté de ſa divine Majeſté ; Faites vos oraiſons au temps ordonné, & payés les dixmes, vous ſerez tous aſſemblez devant Dieu au jour du Jugement pour rendre compte de vos actions ; c’eſt luy qui a creé le Ciel & la terre. Souviens-toy du jour qu’il a dit, ſois, & toute choſe a eſté, il regnera & commandera au jour que l’Ange ſonnera la trompette pour appeller au Jugement univerſel les vivants & les morts ; Il ſçait le futur, le preſent & le paſſé, il eſt le tres-ſage, & rien ne luy eſt caché. Souviens-toy comme Abraham a dit à ſon pere Azer[1], pourquoy adorez-vous les Idoles au lieu de Dieu ? Je vois voſtre famille en une erreur manifeſte, Dieu a fait voir à Abraham le Royaume des Cieux & de la terre, & a eſté au nombre des bien-heureux. Abraham voyant la nuit une eſtoile tres-claire, demanda en ſoy meſme ſi c’eſtoit ſon Dieu, non, reſpondit-il luy-meſme, mon Dieu ne ſe leve pas, & ne ſe couche pas ; voyant lever la Lune, il demanda ſi c’eſtoit ſon Dieu, non, reſpondit-il luy meſme, certainement Dieu ne me conduira pas pour eſtre au nombre des devoyez ; Lors qu’il vit lever le Soleil, il demanda ſi c’eſtoit ſon Dieu, & lors qu’il le vit coucher, il dit à ſon peuple, je ſuis innocent du peché que vous ſaites d’adorer pluſieurs Dieux, je ſuis entierement reſigné à la volon-

  1. Les Mahometans diſent que Azer eſt le surnom d'Abraham, & que ſon pere ſe nomme Tarec Azer.