Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


101
L’ANARCHIE PASSIVE

nombreuses, infinies de sa vie psychique. Sans le milieu social, chaque individu pourrait croire sans réserve aux données de sa conscience : un homme infecté de santonine prendrait la teinte jaune pour la teinte normale, un sourd serait persuadé que le monde infini des sons n’existe pas, et ainsi de suite.

Pour comprendre ce que deviendrait l’humanité sans le milieu social, sans le contrôle du sens commun, il suffit d’observer attentivement ces pauvres malades qui se refusent à vérifier les données de leur conscience individuelle par le sens commun du milieu social. Ces malades, s’étant dérobés au contrôle du milieu social, croient à toutes les données de leur conscience, et rien ne les empêche plus de se prendre pour les souverains de tout l’univers, de s’imaginer possesseurs de tous les talents, de toutes les connaissances possibles. On appelle ces malades-là des fous ; mais on ne se rend pas compte que l’humanité se composerait entièrement de tels sujets plus ou moins détraqués si elle n’avait pas le contrôle du milieu social.