Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


114
L’ANARCHIE PASSIVE

le cerveau, conservent le plus longtemps leur poids et leur conformation normale ; et lorsqu’on examine les animaux morts de faim après vingt-cinq à quarante jours d’un jeûne absolu, le poids du cerveau ne présente qu’une légère diminution, tandis que le corps entier a perdu plus de 50 p. 100 de son poids primitif.

Ainsi nous voyons que le cerveau, qui est par excellence l’organe de la vie psychique, est celui qui subsiste le plus longtemps dans un organisme mourant de faim ; mais il ne faut pas non plus oublier que le cerveau constitue en même temps le centre régulateur et dominateur de tout le système animal que l’on appelle un organisme. Si donc, dans un seul organisme, il est important de conserver jusqu’à la dissolution complète l’organe régulateur et disciplinateur de tous les autres tissus et organes corporels, combien plus il importe de conserver dans un milieu social tous les moyens de régler, de coordonner et de discipliner les rapports mutuels de ses nombreux membres constitutifs ! Et c’est ainsi que la nature humaine nous apparaît