Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XVI

Plus haut j’ai déjà mentionné ce fait, que la science médicale reconnaît dans chaque homme l’existence de deux natures, dont l’une aspire au bien, au développement progressif de toutes les facultés humaines, tandis que l’autre, au contraire, ne nous offre que des phénomènes de recul, de dégénérescence et d’abrutissement. Les divers savants ont démontré que tous les types de dégénérescence se caractérisent toujours par les qualités antisociales, et plus la dégénérescence s’accentue, plus les qualités antisociales se montrent fortes et développées : jusqu’à ce qu’enfin la dégénérescence de l’homme aboutisse à des types absolument incapables de toute vie sociale, c’est-à-dire à une idiotie complète, où l’être humain dégénéré apparaît incapable de