Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


38
L’ANARCHIE PASSIVE

sécutions et que, à côté de la servilité qui rampe devant la force brutale d’une foule, il existe encore des gens capables de lutter pour leurs convictions.

Le livre le Salut est en vous appartient sans conteste à la catégorie de ces œuvres qui se font grandes par la négation pure et simple. Il n’offre pas trace d’idées nouvelles, de vérités non connues ; — il n’est véritablement remarquable que par ses négations. Se basant sur certains versets du Sermon sur la montagne, le comte Tolstoï avance que la vraie essence de la doctrine du Christ consiste précisément dans la « non-résistance au mal par la violence » ; et comme l’organisation de toute société humaine, sous forme de communauté religieuse, ou politique et sociale, comporte nécessairement le principe de l’obéissance, et que l’obéissance, même à l’état de principe, représente déjà une violence, soit envers notre propre personne avec ses désirs, ses passions et ses idées, soit envers la personne d’autrui, quand on nous oblige, par exemple, de contraindre les autres à faire ceci, à ne pas faire cela, — le comte Tolstoï estime qu’un chrétien