Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


58
L’ANARCHIE PASSIVE

des régiments : car c’est autour de ces drapeaux-symboles que s’est manifestée le plus souvent la faculté la plus sublime de l’homme : celle de tout sacrifier, tout, jusqu’à la vie, pour une idée.

Tout sacrifier pour une idée, même la vie ! C’est sérieux, cela, monsieur le comte, si sérieux que devant ces chiffons troués et salis pâlissent toutes les pensées soi-disant originales des écrivains, qui savent parler et écrire, mais qui ne savent pas vivre selon leurs pensées. Autour des drapeaux-symboles, l’humanité n’a pas le temps de parler, de disputer ; autour des drapeaux-symboles elle doit, par des actes, par le sacrifice de la vie toujours renouvelé, prouver son dévouement à telle ou telle idée. C’est sérieux, certes ! Et moi je ne peux pas comprendre comment vous avez pu vous moquer d’un symbole aussi grave que le drapeau ? Mais le drapeau-symbole est plus grave que la mort elle-même, et est-ce qu’on peut se moquer de la mort ?