Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
74
L’ANARCHIE PASSIVE

« Rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu. » (Saint Marc, xii, versets 14-17.)

Et encore, pour comprendre pleinement ce passage, faut-il considérer que César était le représentant symbolique de Rome, qui avait soumis la Judée, et que, par suite, il s’agissait ici du tribut qu’un peuple soumis, qu’un peuple vaincu doit payer à ses vainqueurs ; tandis que des impôts normaux, pour ainsi dire, qu’un peuple paye à son propre gouvernement, à son propre représentant symbolique, il ne pouvait pas même en être question, puisqu’on les regardait comme tout naturels et absolument indispensables : on n’en parlait pas plus qu’on ne parle du droit qu’a l’homme de respirer.

D’un autre côté, on ne peut trouver dans tout l’Évangile une seule parole contre la guerre, quoique le Christ ait dit à un homme qui lui demandait quels commandements il fallait observer pour obtenir la vie éternelle :

— Tu ne commettras point l’adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne donneras point de faux témoignage ; honore