Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XII

Après toute cette analyse détaillée, nous avons pleinement le droit de prétendre que les idées que le comte Tolstoï nous présente sous le nom de vrai christianisme, n’ont rien de commun avec la doctrine réelle du Christ. Ériger la non-résistance au mal par la violence comme le principe principal et fondamental du christianisme, c’est tout d’abord se former une idée trop étroite de la doctrine de Jésus-Christ. C’est absolument comme quand un homme, empoisonné par la santonine, veut persuader à chacun que la nature entière n’offre que des teintes jaunes, ou quand un sujet affecté de daltonisme nous déclare que toutes les couleurs dites rouges, roses, carminées, pourpres, etc., doivent être éliminées, car ce ne sont pas des couleurs pures et caractéris-