Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


82
L’ANARCHIE PASSIVE

qu’on nous fait personnellement, à pardonner toutes nos injures, toutes nos souffrances ; mais quant au mal, au péché en général, il nous enseignait au contraire à leur opposer une résistance extrême, et poussée jusqu’à la violence ; il nous enseignait à lutter contre le mal de toutes nos forces, en sacrifiant tout dans cette lutte, dans ce combat, même notre vie. C’est ainsi qu’il nous a prescrit d’arracher et de jeter loin de nous l’œil qui peut nous faire tomber dans le mal, de couper et de jeter loin de nous la jambe ou le bras qui nous fait tomber dans le péché ; et il a dit aussi que nous devons quitter, renier et haïr nos frères et sœurs, nos pères et mères, et nos enfants, dès que ces êtres bien-aimés nous empêchent de suivre et de servir la vérité éternelle.