Page:La Bigne Villeneuve - Cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
− 393 −


III.

THIEPHAINE [I]. — On ne sait rien de particulier sur son compte. Élue et bénite abbesse en 1078, suivant Albert-le-Grand, sous l’épiscopat de Sylvestre de La Guerche, elle mourut en 1084. L’abbé Tresvaux la place après Adèle II ; mais c’est une erreur. Les Catalogues manuscrits de Saint-Georges l’inscrivent immédiatement à la suite d’Hodierne.

Un manuscrit moderne, rédigé en 1718 par dame Élizabetb-Louise des Lesdiguières-Jamet, religieuse de l’abbaye de Saint-Sulpice, en donnant la série des abbesses de Saint-Georges, leur attribue des armoiries dont l’authenticité est discutable, le plus souvent.

Ce manuscrit de 1718, dédié à Mgr de Turpin-Crissé de Sanzay, évêque de Rennes (transféré à Nantes en 1723), appartient aujourd’hui à S. Ém. Mgr le cardinal-archevéque de Rennes.

C’est, comme je viens de le dire, un assez curieux travail d’une religieuse de l’abbaye de Saint-Sulpice. L’auteur s’est donné la tache de recueillir, sans y regarder de trop près, la série complète, plus ou moins appuyée de preuves, des évêques de Rennes et celle des abbesses des deux monastères de Saint-Georges et de Saint-Sulpice ; à chaque nom, elle joint la peinture des armoiries qu’elle attribue à l’évêque ou à l’abbesse figurant sur sa liste. Au point de vue de la critique historique et de l’authenticité, il y a peu de fonds à faire sur cette œuvre.

La bonne religieuse admet toute la liste fabuleuse des premiers évêques de Rennes, à partir du ier siècle, en accolant à leurs noms des blasons imaginaires. Sauf quelques erreurs et quelques fabrications sujettes à caution, à partir du

xiiie siècle ses renseignements peuvent être utilisés, toutefois

26