Page:La Bigne Villeneuve - Cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 413 —

Georges. (V. du Paz, Hist. généal. des vicomtes du Besso, 112.)

Amies : « d’argent au lion de sable, couronné, lampassé et armé d’or. »

XXIX.

PERRETTE d’Espinav, fille de Henry d’Espinay, chambellan de la reine Anne et du roi Louis XII, et de Catherine d’Estouteulle, religieuse à Saint-Georges, fut élue abbesse après le décès de sa tante, Roberte Russon. Elle ne fit que passer, comme elle, sur le siége abbatial, étant morte le 4 octobre 1522.

Armes : « d’argent au lion coupé de gueules et de simple, couronné, lampassé et armé d’or. »

XXX.

ISABEAU Harnon, fille de Guillaume Hamon, seigneur de Bouvet, et de Guillemette Guibé, nièce du cardinal Robert Guibé et de Michel Guibé, évêque de Rennes ; elle était sœur de deuv évêques : François Hamon, évêque de Nantes après son oncle le cardinal, de 1511 à 1332 ; André Hamon, abbé de Saint-Gildas de Rhuis et évêque de Cannes. Leur oncle, François Hamon, vice-amiral de Bretagne et capitaine de Fougères, se fit un renom dans les guerres d’Italie.

François ier, roi de France, avait choisi Isabeau Hamon pour procéder à la réformation de l’abbaye de Saint-Georges, où s’était introduit l’esprit de licence et d’irrégularité. D’accord avec le vénérable évêque Yves Mahyeuc, qui déploya un grand zèle pour favoriser l’œuvre réformatrice, le Roi, en nommant abbesse Isabeau Hamon, la fit accompagner à Saint-Georges d une douzaine de religieuses prises dans d autres monastères bénédictins, et dont la vie exemplaire devait rétablir l’ordre et la discipline régulière dans l’abbaye. Isabeau