Page:La Boétie - Œuvres complètes Bonnefon 1892.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PRÉFACE

AU point de vue de leur publication, les ouvrages d’Estienne de La Boétie se divisent naturellement en deux catégories : ceux qui ont été imprimés par Montaigne, et ceux qui ont vu le jour sans son assentiment.

Les premiers, qui comprennent les traductions de Xenophon et de Plutarque, les poésies françaises et latines, offrent toutes les garanties d’exactitude et de correction. Il suffit donc, pour les remettre en lumière, de suivre fidèlement le texte donné par Montaigne. C’est ce qui a été fait dans la présente édition.

Au contraire, le Discours de la Servitade volontaire ne nous est point parvenu dans de semblables conditions. Quoi qu’en ait dit le Dr J.-F. Payen, nous ne sommes point assurés de posséder le vrai texte de l’auteur. Publiée à l’insu de Montaigne et contre son gré, l’œuvre de La Boétie nous a été conservée par deux documents à peu près contemporains : le troisième volume des Mémoires de l’Estat de France sous Charles neufiesme, et un volume manuscrit du fonds de Mesmes, publié par le Dr Payen.

Cette copie, actuellement conservée au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, sous le n° 839 du