Page:La Boétie - Œuvres complètes Bonnefon 1892.djvu/514

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


428 APPENDICE adventaige a ses très amées seurs, Clémence et Anne de Laboetie (4); mais il s’aseure tant de leur bonté qu’elles prendront en bonne part ce qu’il faict, pour ne pouvoir, ny ne debvoir aultrement faire; Item, a nommé, de sa bouche, son héritier universel, en tous et chascuns ses biens, meubles immeubles, son oncle et parrin, Estienne de Laboetie, vrayement son aultre pére, à qui il est tenu de son institution et de tout ce ' qu’il est et pouvoit estre; et prie ledit Estienne de Laboetie, très affec- tueusement, de bailher a sa bien aymée femme et expouse, Marguarite de Carle (5), la somme de douze cens livres tournoises. Six cens-livres, dans ' la fin de l’année presente, et les aultres six cens, dans la fin de 1’aultre année prochaine. Ledict testateur prie Monsieur Maistre Michel Ayquem de Montaigne, conseillier du Roy, en la court de Parlement de Bourdeaulx, son inthime frére et inviolable amy, de reculhir, pour un gaige d’amitié, ses livres qu’il a à Bourdeaulx, desquelz luy faict present, excepté de quelques ungtz de droict, qui sont à son cousin, tîlz légitime et héritier du feu seigneur pré- sident de Calvymont. Ledict testateur a treuvé beaucoup de fidélité et de bonne volumpté it Sainot—Quentin, sa niepce, qui est maintenant norrie avecques sa femme; . il luy donne deux cens livres tournoises, payables, l’heure et lejour qu’elle se mariera. Ajacquette d’Arssac, sa belle fille (6), luy donne cens livres tournois, payables, l’heure et le jour qu’elle se mariera. A laissé, son exécuteur, sondict oncle. . Item, a cassé et adnullé tous testemens qu’il pourroit avoir faict par cyd[ev]ent, et veult que ledict present testement aye valleur et non aultre; et, s’il n’avoit valleur, par forme de testament, qu’il aye valleur, par forme de codicille, et laisse faicte et irrévocable. _ Et a appelé, à tesmoingtz; Thomas de Montaigne, escuyer, seigneur de · Beauregard (7), Maistre Nicolas Brodeau, docteur en médecine, Charles Bastier, maistre appoticaire de Bordeaulx, Françoys Gailhard, Sardon ' Viault, Raymond Dumas et Pothon Chayret, tesmoingtz cogneus, ad ce àppellés et requis. . Audict lieu de Germinhan, parroysse du Tailhan, en Medoc, le quator- ziesme jour du mois d’aoust, mil cinq cens soixante et troys. Ainssin signé : E. de la Boétîe et Thomas de Montaigne, Nycolas Brodeau, C. Bastier et Francoys Gailhand. _ Rnvntonr, notaire royal (8). » (6) De son second lit avec Estienne de La Boétie, Marguerite de Carle n’eut pas d’enfants, mais elle en eut deux de Jean d’Arsac, son premier mari: Gaston d’Arsac, décédé jeune et · sans enfants, et Jaquette d’Ars:tc, dontjl est question ici et qui épousa Thomas de Montaigne. (7) Frère cadet de Michel, Thomas de Montaigne, seigneur de Beauregard, avait épousé en premières noces Serène Estévc, de Langon, qui mourut sans enfants. Il convola avec Jaquette d’Arsac, quelque temps aprés la mort de La Boétie, Celle-ci étant décédée vers 1578, en lui laissant plusieurs enfants, il contracta une troisième union en 1 582, avec Françoise de Dampierre, (8) a Grossoyé et délivré en pappier par moy, Pierre Marraquier, collntionaire général, il M. Mc Pierre de Lasserre, advoczit en la Cour, le 5 juillet 1;82.» ·