Page:La Boétie - Œuvres complètes Bonnefon 1892.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

ESTIENNE DE LA BOÉTIE ,
a & qui font ancores auiourd’hui aussi fresches en la memoire des liures & des hommes comme si c’eust esté l’aultr’ hier, qui furent donnees en Grece pour le bien des Grecs & pour l’exemple de tout le monde, qu’est ce qu’on pense qui donna à si petit nombre de gens, comme estoient les Grecs, non le pouuoir, mais le cœur de soustenir la force de tant de nauires que la mer mesme en estoit chargee; de defaire tant de nations, qui estoient en si grand nombre que l'escadron des Grecs n’eust pas fourni, s'il eust fallu, des cappitaines aus armees des ennemis, sinon qu'il semble qu’à ces glorieux iours là ce n’estoit pas tant la bataille des Grecs contre les Perses, comme la victoire de la liberté sur la domination, de la franchise sur la conuoitise ?

C’est chose estrange d’ouïr parler de la vaillance que la liberté met dans le cœur de ceux qui la deffendent; mais ce qui se fait en tous païs, par tous les hommes, tous les iours, qu’vn homme mastine cent mille & les priue de leur liberté, qui le croiroit, s'il ne faisoit que

.1 A _ VARIANT-ES _ E I · 1. « & viuent encore auiour- là ». -— Reucille-Matin .· a que ces d‘huy aufïi frefches en la memoire glorieux iours là». _ des liures & des hommes, comme 18. Dans IeReueiIle-Mati1z,cepas- H c`euft efté l`autre hier qu‘elles sage est arrangé de la façon sui- furent donnees en Grece, pour le vante: « mais ce qui fe fait tous bien de Grece & pour l`exemple de les i_ours deuant nos yeux cn noitre tout le monde ». eMême leçon dans France ». le Reueille-Matimsaufla différence: rg. « qu’vn homme feul maftine « comme ü c`euIt efïé l`autr`hier, cent mille villes ». , qui furent donnees rx, p 21. « & f·il ne fe voyoit quîen . 5. « & queft ce, ». (R,—M.). pays eftranges ». q 10. « nleuft pas fourny feulement 2;. « feint & controuué ». . . de capitaines » (R.—M.). 25. « il n‘cft pas befoin de ften 12. « qu’en ces glorieux iogrs defendre ». ,_