Page:La Brière - Champollion inconnu.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Un profane aujourd’hui se permet cependant d’étudier une période spéciale de cette existence laborieuse : c’est qu’il ne s’agit pas ici d’analyser les recherches techniques de l’infatigable érudit, la gestation de sa grandiose découverte : c’est au contraire l’enfance de Champollion, la lointaine préparation du collégien, futur grand homme, qui a semblé pouvoir appeler quelque intérêt.

Le sort a voulu qu’au pied des Alpes Dauphinoises, une demeure patrimoniale, apportée par alliance dans la famille Champollion, demeure qui fut autrefois celle de Condillac et de Mably, située au village de Vif, près de Grenoble, conservât intactes et inédites dans ses vieilles archives, les lettres de l’illustre égyptologue. Il a semblé intéressant de puiser dans cette précieuse collection, après cent ans presque révolus, les témoignages directs et personnels d’une jeunesse curieuse à plusieurs titres.

Ces lettres d’un enfant sont adressées par Jean-François Champollion à son frère aîné Jacques-