Page:La Femme grenadier.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La position où se trouvent les individus, change leur opinion, et les sentimens qui les animent, leur font blâmer ou approuver les événemens. Nous avions été reçus par des domestiques, et leurs injures nous avaient peu affectés ; mais les mauvais traitemens de la maîtresse de la maison, nous furent très-sensibles ; elle ordonna qu’on ne nous donnât que ce qu’il faudrait pour nous empêcher de mourir ; qu’on nous fît coucher dans l’écurie, et que personne ne communiquât avec nous jusqu’à ce que nous eussions consenti à nous joindre au parti qui protégeait la religion. Une espèce de prêtre hibernois vint nous catéchiser. Ses discours remplis du fiel de la vengeance, m’inspirèrent une horreur que je ne pus m’empêcher de manifester. Alors ils nous menaça d’aller rendre compte de notre