Page:La Femme grenadier.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


soumission à ses chefs ; commencez par le remplir, ce devoir ; et si j’ai manqué aux miens, et à ceux que commande impérativement l’humanité, il vous sera très-facile de m’en faire punir.

Le langage de la raison a un empire absolu, même sur ceux qui la connaissent le moins ; je calmai mes camarades ; nous parcourûmes le hameau plus en amis qu’en ennemis. Ces malheureux venaient en foule nous offrir tout ce qu’ils possédaient. Nous allâmes chez le curé qui, trop criminel pour espérer de l’indulgence, avait fui ; nous trouvâmes chez lui des croix d’or, des claviers, qu’il s’était fait donner par les femmes de ceux qu’il promettait de ressusciter. Je rendis à chacun leurs objets, et je distribuai à mes soldats l’argent que le curé possédait en assez grande quantité.