Page:La Femme grenadier.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


En effet j’avais conçu le projet, en recevant leurs témoignages d’amitié, de venir au milieu d’eux passer le tems d’orage qui grondait sur la tête de mes amis. Heureuse inspiration ! puisque c’est dans cet asyle de paix où j’ai retrouvé l’amie de mon cœur, qui, obligée comme moi de fuir la persécution, y vint sous la livrée de l’indigence cacher le meilleur cœur et l’âme la plus candide qui existe. Les quatre mois que j’ai passés avec vous, au milieu de ces vertueux villageois, ont été les seuls parfaitement heureux, jusqu’au jour de ma réunion avec tout ce que j’ai de plus cher.

Deux jours après nous arrivâmes à Rennes. Dans les différens pays que j’ai parcourus, j’ai bien rencontré des gens divisés d’opinion, et se vouant une haîne implacable en raison de tel ou tel vœu, émis