Page:La Femme grenadier.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gèrent autour de lui. Il était appuyé sur le comptoir et pérorait avec un air qui en imposait à tous les spectateurs. Je levai par hasard les yeux sur lui, et à mon grand étonnement, je vis dans l’orateur mon ancien professeur au collège ; c’était bien là le cas de lui dire : M. l’abbé, qui vous eût reconnu dans cet équipage ; il était en petit uniforme national, un gros catogan, un chapeau sur le coin de l’oreille : il ressemblait autant à lui-même, que moi à une femme.

Après qu’il eut fini sa lecture, il en tira la quintessence d’un ton empoulé, comme dans le tems où il était professeur ; j’aurais eu les yeux bandés, que je l’eusse reconnu. Il y avait au moins une heure que j’étais sur les épines, quand le maître du café prévint l’assemblée qu’il était tems de se retirer : Dorimond ne