Page:La Femme grenadier.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avait négligé de voir sous quel nom il était sorti de Paris. Par un hasard fort heureux, le nom de famille du vendeur de carte se trouvait celui de baptême de mon frère. Ah ! s’écria-t-il en riant, mon Sosie ne peut m’empêcher de me nommer comme lui, et par droit d’acquisition et par droit de naissance. Nous nous en assurâmes, croyant que c’était une nouvelle plaisanterie ; et comme c’était la vérité, nous convînmes que mon frère s’appellerait Saint-Julien, et que moi je me nommerais aussi Saint-Julien. Madame Bontems nous dit qu’elle était dans l’intention de reprendre le nom de son mari, que l’inconstance de la fortune l’avait forcée de quitter lorsqu’elle devint ma gouvernante ; elle était munie de son contrat de mariage, et nous déclara, qu’à dater de ce moment, il fallait la nommer