Page:La Femme grenadier.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


madame Daingreville ; cette disposition nous convint à merveille, parce que cela dérouterait davantage madame Lavalé dans ses recherches.

Au bout de deux heures, nous arrivâmes à J… sur la route de Fontainebleau. Nous descendîmes dans une maison de peu d’apparence, mais extrêmement commode, meublée simplement, et cependant rien n’y avait été oublié ; le jardin était très-vaste, il contenait environ vingt arpens ; des prairies, et des vignes en dehors du clos. On voulait vendre le tout meublé, et l’on abandonnait la jouissance à l’instant, ce qui nous arrangeait fort. Le maître de la maison paraissait très-pressé de vendre, et nous fit en conséquence une proposition à laquelle mon frère et moi accédâmes sur-le-champ. Mais la prudente madame Daingreville arrêta notre