Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Pour cent ducats il fera tout aussi.
Vous pouvez donc tellement vous conduire,
Qu’au rendez-vous trouvant vostre mary,
Il sera pris sans s’en pouvoir dédire.
Voicy comment. La Dame a stipulé
Qu’en une chambre, où tout sera fermé,
L’on les mettra ; soit craignant qu’on n’ait veuë
Sur le Baigneur ; soit que, sentant son cas,
Simone encor n’ait toute honte bûe.
Prenez sa place, et ne marchandez pas[1] :
Gagnez Janot ; donnez-luy cent ducats ;
Il vous mettra dedans la chambre noire ;
Non pour jeusner, comme vous pouvez croire :
Trop bien ferez tout ce qu’il vous plaira.
Ne parlez point, vous gâteriez l’histoire,
Et vous verrez comme tout en ira.
L’expedient plût tres-fort à Catelle,
De grand dépit Richard elle interrompt.
Je vous entends, c’est assez, luy dit-elle
Laissez-moy faire ; et le drosle et sa belle
Verront beau jeu si la corde ne rompt.
Pensent-ils donc que je sois quelque buze ?
Lors pour sortir elle prend une excuse,
Et tout d’un pas s’en va trouver Janot,
A qui Richard avoit donné le mot.
L’argent fait tout : si l’on en prend en France
Pour obliger en de semblables cas,
On peut juger avec grande apparence
Qu’en Italie on n’en refuse pas.
Pour tout carquois, d’une large escarcelle
En ce pays le Dieu d’amour se sert.
Janot en prend de Richard, de Catelle ;
Il en eust pris du grand diable d’enfer.
Pour abreger, la chose s’execute
Comme Richard s’estoit imaginé.

  1. Edition de 1665 :
    Prenez sa place, et n’y marchandez pas.