Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Pere, dit-elle, en mon lit sont receus
Un Gentil-homme, un Chevalier, un Prêtre.
Si le Mary ne se fust fait connoistre,
Elle en alloit enfiler beaucoup plus ;
Courte n’estoit, pour seur, la Kyrielle.
Son Mary donc l’interrompt là-dessus,
Dont bien luy prit. Ah, dit-il, infidelle !
Un Prestre mesme ! A qui crois-tu parler ?
A mon mary, dit la fausse femelle,
Qui d’un tel pas se sceut bien démesler.
Je vous ay veu dans ce lieu vous couler,
Ce qui m’a fait douter du badinage.
C’est un grand cas qu’estant homme si sage
Vous n’ayez sceu l’énigme débroüiller.
On vous a fait, dites-vous, Chevalier :
Auparavant vous estiez Gentil-homme ;
Vous estes Prestre avecque ces habits.
Benist soit Dieu, dit alors le bon-homme :
Je suis un sot de l’avoir si mal pris.



V. — CONTE D’UNE CHOSE ARRIVÉE
A CHASTEAU-THIERRY [1].


Un Savetier, que nous nommerons Blaise,
Prit belle femme, et fut trés-avisé.
Les bonnes gens, qui n’estoient à leur aise,
S’en vont prier un marchand peu rusé
Qu’il leur prêtast, dessous bonne promesse,
My-muid de grain ; ce que le Marchand fait.
Le terme écheu, ce creancier les presse,

  1. Dans les éditions antérieures à 1669, au lieu de Chasteau-Thierry, on lit seulement l’initiale C. En 1685, Henri Desbordes, libraire d’Amsterdam, remplaça ce titre par le suivant :