Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le trop d’esprit ne l’incommodoit point :
De ce défaut on n’accusoit la Belle ;
Elle ignoroit les malices d’Amour.
La pauvre Dame alloit tout devant elle,
Et n’y sçavoit ny finesse ny tour.
Son mary donc se trouvant en emplete,
Elle au logis, en sa chambre seulette,
André survient, qui sans long compliment
La considere, et luy dit froidement :
Je m’ébahis comme au bout du Royaume
S’en est allé le Compere Guillaume,
Sans achever l’enfant que vous portez :
Car je vois bien qu’il luy manque une oreille :
Vostre couleur me le démontre assez,
En ayant veu mainte épreuve pareille.
Bonté de Dieu ! reprit-elle aussi-tost,
Que dites-vous ? quoy d’un enfant monaût
J’accoucherois ? N’y sçavez-vous remede
Si dea, fit-il, je vous puis donner aide
En ce besoin, et vous jureray bien
Qu’autre que vous ne m’en feroit tant faire ;
Le mal d’autruy ne me tourmente en rien,
Fors excepté ce qui touche au Compere ;
Quant à ce point je m’y ferois mourir.
Or essayons, sans plus en discourir,
Si je suis maistre à forger des oreilles.
Souvenez-vous de les rendre pareilles,
Reprit la femme. Allez, n’ayez soucy,
Repliqua-t-il ; je prens sur moi cecy.
Puis, le Galant montre ce qn’il sçait faire.
Tant ne fut nice (encor que nice fût)
Madame Alix, que le jeu ne luy plust.
Philosopher ne faut pour cette affaire.
André vaquoit de grande affection
A son travail ; faisant ore un tendon,
Ore un reply, puis quelque cartilage ;
Et n’y plaignant l’étofe et la façon.
Demain, dit-il, nous polirons l’ouvrage ;