Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne sçachant comme r’envoyer
Cet escadron prest à payer,
Fut contrainte enfin de leur dire :
De par Dieu souffrez qu’on respire,
C’en est assez pour le present ;
On ne peut faire qu’en faisant.
Reglez vostre temps sur le nostre ;
Aujourd’huy l’une, et demain l’autre :
Tout avec ordre ; et croyez-nous,
On en va mieux quand on va doux.
Le sexe suit cette sentence.
Jamais de bruit pour la quittance,
Trop bien quelque collation,
Et le tout par devotion.
Puis de trinquer à la Commere.
Je laisse à penser quelle chere
Faisoit alors Frere Frapart.
Tel d’entr’eux avoit pour sa part
Dix jeunes femmes bien payantes,
Frisques, gaillardes, atrayantes :
Tel aux douze et quinze passoit.
Frere Roc, à vingt se chaussoit.
Tant et si bien que les Donselles[1],
Pour se montrer plus ponctuelles,
Payoient deux fois assez souvent :
Dont il avint que le Couvent,
Las enfin d’un tel Ordinaire,
Aprés avoir à cette affaire
Vaqué cinq ou six mois entiers,
Eust fait credit bien volontiers :
Mais les Donselles scrupuleuses,
De s’aquitter estoient soigneuses,
Croyant faillir en retenant
Un bien à l’Ordre appartenant.
Point de dismes accumulées.

  1. Édition de 1668 :
    Tant et si bien que ces Donzelles.