Page:La Fontaine - Contes, Herhan, 1803.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


A des manants : ceux-ci pourtant avaient
Fait un bon tour, et très bien s’en trouvaient
Sans le dédit ; c’était pièce assez fine
Pour en devoir l’exemple à d’autres gens :
J’ai grand regret de n’en avoir les gants.


LECAS DE CONSCIENCE.


Les gens du pays des fables Donnent ordinairement

Noms et titres agréables

Assez libéralement;

(Iela ne leur coûte guère: Tout leur est n) mplie ou bergèm , Et déesse bien souvent. Horace n’y faisoit faute :

Si la servante de l'hôte

Au lit de notre homme alloit, C'e'toit aussitôt Ilie;

C'étuit la nymphe Égnïrie; C’était tout ce qu'on voulait. Dieu , par sa bonté profonde , Un beau jour mit dans le monde Apollon son serviteur ,

I-Lt l'y mit justement comme Adnm le nomenclateur,

Lui disant : Te voilà; nomme. Suivant cette antique loi, Nous sommes parrains du roi.