Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
163
LIVRE III.


La pluſpart des Brebis dormoient pareillement.
L’hypocrite les laiſſa faire :
Et pour pouvoir mener vers ſon fort les Brebis,
Il voulut ajoûter la parole aux habits,
Choſe qu’il croyoit neceſſaire.
Mais cela gâta ſon affaire.
Il ne pût du Paſteur contrefaire la voix.
Le ton dont il parla fit retentir les bois,
Et découvrit tout le mystere.
Chacun ſe reveille à ce ſon,
Les Brebis, le Chien, le Garçon.
Le pauvre Loup dans cet eſclandre,
Empêché par ſon hoqueton,
Ne pût ny fuïr ny ſe défendre.

Toûjours par quelque endroit fourbes ſe laiſſent prendre.