Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


On s’en alloit les vendre, à ce que dit l’hiſtoire :
Le Charton n’avoit pas deſſein
De les mener voir Tabarin.
Dom pourceau crioit en chemin,
Comme s’il avoit eu cent Bouchers à ſes trouſſes.
C’eſtoit une clameur à rendre les gens ſourds :
Les autres animaux, creatures plus douces,
Bonnes gens, s’eſtonnoient qu’il criaſt au ſecours ;
Ils ne voyoient nul mal à craindre.
Le Charton dit au Porc, qu’as-tu tant à te plaindre ?
Tu nous êtourdis tous, que ne te tiens-tu coy ?
Ces deux perſonnes-cy plus honneſtes que toy,