Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Devroient t’apprendre à vivre, ou du moins à te taire.
Regarde ce Mouton ; A-t-il dit un ſeul mot ?
Il eſt ſage. Il eſt un ſot,
Repartit le Cochon : s’il ſçavoit ſon affaire,
Il crieroit comme moy du haut de ſon gozier,
Et cette autre perſonne honneſte
Crieroit tout du haut de ſa teſte.
Ils penſent qu’on les veut ſeulement décharger,
La Chevre de ſon lait, le Mouton de ſa laine.
Je ne ſçay pas s’ils ont raison ;
Mais quant à moy qui ne ſuis bon
Qu’à manger, ma mort eſt certaine.
Adieu mon toit & ma maison.
Dom Pourceau raiſonnoit en ſubtil perſonnage :