Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXVI.

Democrite & les Abderitains.



QUe j’ay toujours hay les penſers du vulgaire !
Qu’il me ſemble profane, injuſte, & temeraire ;
Mettant de faux milieux entre la choſe & luy,