Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et meſurant par ſoy ce qu’il void en autruy !
Le maiſtre d’Épicure en fit l’apprentiſſage.
Son pays le crut fou : Petits eſprits ! mais quoy ?
Aucun n’eſt prophete chez ſoy.
Ces gens eſtoient les fous, Democrite le ſage.
L’erreur alla ſi loin, qu’Abdere deputa
Vers Hipocrate, & l’invita,
Par lettres & par ambaſſade,
À venir reſtablir la raiſon du malade.
Noſtre concitoyen, diſoient-ils en pleurant,
Perd l’eſprit : la lecture a gaſté Democrite.
Nous l’eſtimerions plus s’il eſtoit ignorant.
Aucun nombre, dit-il, les mondes ne limite :
Peut-eſtre meſme ils ſont remplis
De Democrites infinis.